Shampooing purifiant de Christophe Robin

Christophe Robin

Je m’étais fait la promesse d’arrêter de dépenser toutes mes économies dans des produits pour les cheveux. Depuis la découverte Rahua, j’avais le pressentiment que les produits capillaires allaient causer  ma fin. Une semaine après ce constat, je brise ma promesse. Je me promenais dans le rayon beauté du monoprix à la recherche du néant quand je me retrouva nez à nez avec la bouteille de shampooing Christophe Robin. Immédiatement j’aperçois les mots clefs. Les mots coupables de cet achat compulsif : « antipelliculaire » « racines grasses et pointes sèches » « apaisant« . Bref cette bouteille à 28 euros promettait de régler tous mes problèmes de cheveux en un coup de main.

Christophe Robin

Après deux mois d’utilisation je trouve que ce shampooing a ré-équilibré la production de sébum mais ne m’a pas totalement éliminé les pellicules. Il me reste des démangeaisons occasionnelles. Il est sans paraben, silicone et SLS. Malgré l’absence de silicone, je lui préfère l’antipelliculaire Bioderma que j’utilise depuis des années.

Brunch chinois à New Hoa Khan – Paris

Après mon 1er brunch cantonais en Californie, je m’étais mis en tête de dénicher une adresse similaire sur Paris pour vivre la même expérience. Après une lecture approfondie des blogs spécialisés en nourriture asiatique, j’ai décidé d’embarquer un petit groupe d’amies pour déguster les vapeurs du restaurant New Hoa Khan. Le menu en main j’ai commandé au hasard une vingtaine de plats, dont les crêpes aux crevettes qui font notamment la réputation du restaurant.

Bilan du festin: nous sommes toutes sorties de table le bidon plein, pour seulement 16 euros par personnes! Nos papilles ont été ravies et les déceptions étaient peu nombreuses.

Je n’ai pas été éblouie par les fameuses crêpes aux crevettes. J’ai préféré celles mangées lors de mon voyage à San Francisco. Par contre, la brioche vapeur au porc laqué a fait l’unanimité, ainsi que les raviolis Xiao Long Pao. J’ai aimé le pavé au navet, et toutes les  sortes de bouchées vapeurs. Bref, j’ai déjà prévu d’y retourner !

New Hoa Khan

New Hoa Khan

crêpes aux crevettes

New Hoa Khan

crêpes aux crevettes frites

New Hoa Khan

Ha Kao

New Hoa Khan

bouchées aux crevettes

je ne sais plus, mais très bon!

New Hoa Khan

brioches vapeur au porc laqué

 

Adresse : 15 Avenue de Choisy, 75013 Paris

Cookies de Jean Hwang Carrant – Paris

Jean hwang Carrant

Je voulais dévorer un cookie de Jean Hwang Carrant depuis plusieurs mois. Comme pour Boneshaker, je lorgnais sur la page Instagram depuis beaucoup trop de temps. Il se trouve que la boutique de cookie se situe dans la même rue que Boneshaker. Donc après avoir englouti mes 3 doughnuts j’ai acheté un cookie Arthur, classique aux pépites de chocolat.

Jean Hwang Carrant cookie

Le cookie est parfait : moelleux, sucré comme il faut, une pointe de sel, et un bon goût de chocolat. Que demander de plus ? Rien. Je suis heureuse avec ce petit cookie.

Connaissez-vous de bonnes adresses de cookies sur Paris?

Jean Hwang Carrant : 84 rue d’Aboukir 75002

Boneshaker – Paris

boneshaker doughnut

J’ai réalisé mon rêve : manger les doughnuts de Boneshaker. Cela faisait plus de 6 mois que je stalkais leur galerie  instagram où se succèdent des photos de doughnuts plus appétissants les uns des autres.

Ma BFF sous le bras (oui, j’ai une version portable de ma meilleure amie), j’y suis allée pour déjeuner. No shame.

Veni vidi vici

Je n’ai pas été déçue. J’ai goûté le doughnut sucre et cannelle, l’indécent bacon maple syrup et le décadent chocolat – peanut butter. Les tailles ne sont pas américaines mais parisiennes. Ce qui permet d’avoir une excellente excuse pour en manger plus d’un.

Boneshaker doughnut

Boneshaker doughnut

J’y suis retournée une seconde fois pour manger leur brownie que j’avais aussi découvert en photo sur Instagram. C’est une tuerie que j’ai « défoncé en 2 minutes » comme l’a gentiment remarqué mon ami Loris. Très chocolaté, très dense, très calorique. Perfection.

Boneshaker : 77 rue d’Aboukir 75002

Artistes Américains – découvertes à San Francisco

De passage à San Francisco, j’ai visité le San Francisco Museum Of Modern Art ainsi que le De Young Museum. J’y ai découvert des artistes américains dont j’ignorais l’existence il y a encore un mois. J’avais envie de partager mes impressions. Si vous avez envie d’en savoir plus, wikipedia est votre meilleur ami.
Wayne Thiebaud

Wayne Thiebaud

Wayne Thiebaud

Wayne Thiebaud

Wayne Thiebaud

Le sujet des peintures de cet artiste, soit des desserts et autres sucreries, est ce qui a piqué ma curiosité en premier lieu. J’aime manger et j’aime les belles choses. Ainsi représentées, les pâtisseries réduites en choses esthétiques, m’a donné une certaine satisfaction. En découvrant d’autres peintures aux sujets différents, comme cette étudiante assise, j’ai apprécié les oeuvres aussi pour la technique du peintre. j’ai été fascinée par l’utilisation des couleurs permettant de créer les ombres et les points de lumière.

 Clyfford Still

Clyfford Still Clyfford Still Clyfford Still

Artiste majeur de l’expressionnisme abstrait, une salle entière lui est consacrée au SFMOMA.  J’ai été frappé par la composition des peintures: le choix des couleurs, l’immensité des toiles et la façon d’appliquer la peinture qui donne la sensation que des morceaux ont été arrachés. Tout cela a plaisamment  stimulé mon cerveau. 

Ruth Asawa

Ruth Asawa Ruth Asawa Ruth Asawa

Ce que l’on remarque immédiatement avec les sculptures de Ruth Asawa, c’est le jeu d’ombre que permet la technique de tressage de fil de fer utilisée par l’artiste. Le résultat est léger, aérien, appelant ainsi à une longue contemplation hypnotique. J’ai une obsession pour les suspensions, donc je ne suis pas surprise que les oeuvres de cette artiste nippo-américaine m’aient tapé dans l’oeil.

Tigerlily – Berkeley

Après deux semaines d’orgie culinaire, je suis allée pour le dernier dîner du voyage chez Tigerlily, un restaurant californien. Californien car c’est de la fusion food. Fusion avec la cuisine indienne.

 Les entrées et les plats étaient délicieux. Toutes les épices étaient savamment dosées, et les cuissons maîtrisées. Même le punch était bon! Frais et léger. je me demande encore s’il y avait de l’alcool dedans tellement je l’ai bu rapidement. Les desserts ne m’ont pas marqué, sauf la glace au coco.

Comme de nombreux restaurants de la ville, les produits sont bio et viennent de fermes locales.

http://www.tigerlilyberkeley.com/

Nan à l'encre de seiche et son trio de sauces

Naan à l’encre de seiche et son trio de sauces

Naan à la betterave avec hummus, caviar d’aubergines et légumes de saison

14409331_10153880391748085_1807216088_n

Saumon et pois chiches

14397913_10153880391733085_2100987835_n

Tikka masala fried chicken et son cadavre de fourchette

Punch bowl!

Punch bowl!

14397340_10153880391288085_1765428757_n

gateau choco et glaces maison

The Interval – San Francisco

J’avais décidé d’initier mon tour du jour à Fort Mason au Nord de San Francisco. A la descente du bus, je ressentis le besoin pressant de trouver des toilettes pour soulager ma vessie. J’active l’application Foursquare pour détecter le café le plus proche afin d’investir leur « restroom ». J’entre alors à Interval. La déco me séduit d’emblée et me fait presque oublier la raison initiale de ma venue.

Je commande un espresso au bar. La tasse est jolie. Je trempe mes lèvres dans le breuvage. Surprise. Ravissement. Mes papilles vibrent de joie. Après 10 jours de voyage dans la baie de San Francisco je goûte enfin à un café à la hauteur de mes exigences. Ce café au corps affirmé, diffuse en bouche ses notes acidulées que j’apprécie tant. 

Si vous êtes dans les environs, je ne peux que vous recommander cet endroit. Je pense que les alcools servis sont d’aussi bonne qualité que le café. 

http://theinterval.org/

The interval Fort Mason San Francisco The interval Fort Mason San Francisco The interval Fort Mason San Francisco

Venus – Berkeley

Local  food.

Petit déjeuner jusqu’à 14h30 possible ici aussi.

Des options vegan et gluten free.

Bien sûr tout ce que j’ai choisi n’était ni vegan ni gluten free.

Bref, branché, culte, et délicieux.

Encore une fois je laisse parler les photos.

Venus in Berkeley

Oeufs benedict

Venus in Berkeley

brioche perdu et sa dose de fruits rouges

Brunch Cantonais à Hong Kong East Ocean Seafood Restaurant – Emeryville

Mon premier brunch cantonais, ou le jour où j’ai découvert que je n’avais jamais mangé de la cuisine authentique cantonaise. 

Samedi midi, ciel bleu, vent vif, je suis prête à découvrir un nouveau monde culinaire. La grande salle du restaurant donne sur la baie et nous sommes installés aux premières loges, derrière la baie vitrée. Nous avons commandé une dizaine de plats différents. J’ai adoré les crêpes de riz à la crevette et celles à la viande. J’ai enfin pu déguster un ravioli vapeur avec du bouillon à l’intérieur: le rêve de toute une vie! Et Le taro pané, fourré aux champignons (je crois que c’était des champignons) a ravi mon palais! 

Maintenant il ne me reste qu’à trouver une adresse équivalente sur Paris pour renouveler l’expérience.

Adresse: Marina-Watergate, 3199 Powell Street, Emeryville, CA

Hong Kong East Ocean Seafood restaurant emeryville California Hong Kong East Ocean Seafood restaurant emeryville California Hong Kong East Ocean Seafood restaurant emeryville California Hong Kong East Ocean Seafood restaurant emeryville California Hong Kong East Ocean Seafood restaurant emeryville California

 

Cinnaholic, la décadence – Berkeley

Cinnaholic Berkeley

Je n’avais jamais goûté de cinnamon rolls. Les seuls roulés à la cannelle qui avaient croisés mon chemin étaient ceux du Starbucks. Figés sous la vitrine réfrigérée, ils me faisaient pitié et ne me donnaient nullement envie de les goûter. Quand j’ai découvert l’existence à Berkeley d’un lieu dédié uniquement à cette viennoiserie, j’ai su que je tenais une occasion en or pour découvrir ce plaisir sucré.

Le concept est simple. Soit on achète une brioche simple, soit on sélectionne en plus un ou deux toppings. J’ai jeté mon dévolu sur le cinnamon roll recouvert d’un glaçage au sirop d’érable (sirop d’érable forever!) et ce fut une merveilleuse association! la texture est similaire à celle d’une brioche, seulement la pâte est enroulée autour d’un mélange de sucre roux et de cannelle. Le roll ce suffit à lui même tellement il est bon. Mais avec le glaçage c’est une explosion d’arômes qui font danser mes papilles de joie.

Après l’avoir dévoré, j’ai senti mes veines pulsées  sous la quantité de sucre qui venait d’entrer dans mon corps.

Ah oui! pas de photos car la chose n’était pas particulièrement belle à voir après l’avoir trimbalée jusqu’à mon logement. Et j’étais beaucoup trop pressée de la dévorer.

Pour avoir des photos c’est ici: http://www.cinnaholic.com/